Recherche

Articles

Mohammed Belouizdad

Mohammed Belouizdad, le premier responsable de l'OS, a, dès son jeune âge, exercé les plus hautes responsabilités. A 19 ans, il dirige la section PPA de Belcourt comprenant plusieurs centaines d'hommes. Il fut l'un des organisateurs de la manifestation du 1er mai 1945 à Alger. Affecté à l'Est du pays Si Messaoud (son pseudonyme) il réussit au bout de deux ans à restaurer l'organisation du Constantinois démantelée par la grande répression de mai 1945. Il fut l'un des organisateurs du congrès de 1947 auquel il participa comme représentant du Constantinois. Mûri précocement par les épreuves, Belouizdad aura été le chef national de l'OS à l'âge de 23 ans.

Intelligent et d'un courage tranquille malgré son jeune âge, il s'est dépensé sans compter pour la cause nationale. Mais le mal qui le minait finit hélas par l'emporter. Il mourut en janvier 1952, à l'âge de 26 ans, aimé et pleuré de tous, Le Parti lui fit des obsèques nationales.

Lorsque Belouizdad fut chargé de mettre sur pied l'Organisation spéciale, il le fera en fonction de deux critères : le choix des hommes en qui il avait confiance et le secret. Entre l'OS et l'organisation-mère, le PPA, c'était l'étanchéité, le cloisonnement. La devise était : «en savoir le moins possible, pour éviter les risques de fuite ou d'infiltration par l'ennemi ou encore d'aveux en cas d'arrestation, car il fallait compter avec la police coloniale et son système de tortures. Belouizdad forma le premier état-major de l'OS ainsi composé :

  • Chef d'Etat-major . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Mohammed Belouizdad
  • Adjoint au chef d'Etat-major et Responsable de la Kabylie . . . . . . . .Hocine Aït Ahmed
  • Chef du département de Constantine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Mohammed Boudiaf
  • Chef du département d'Alger 1 (Alger-ville – Mitidja – Titteri) . . . . Djillali Reguimi
  • Chef du département d'Alger 2 (Dahra – Chlef) . . . . . . . . . . . . . . . . . .Abdelkader Belhadj-Djillali
  • Chef du département d'Oran. . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . Ahmed Ben Bella

L'idée de Belouizdad était de constituer des dépôts d'armes dans les régions montagneuses : Aurès, Nord-Constantinois, Kabylie ; Ouarsenis, Monts de Tlemcen. Il avait commencé par l'Aurès, il avait fait venir des armes de Libye ; il en affectera une partie au Nord-Constantinois. Elles serviront à l'exercice et aux essais des éléments de l'OS, et, plus tard, aux opérations du 1er Novembre 1954.

En prenant la succession de Belouizdad, Aït Ahmed hérita de ce dernier des armes individuelles et des groupes comprenant environ une quarantaine de membres. Il forma son Etat-major en novembre 1947 ainsi composé :

  • Chef d'Etat-major . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Hocine Aït Ahmed
  • Instructeur général, inspecteur général . . . . Abdelkader Belhadj Djilali
  • Département de Constantine . . . . . . . . . . . . . .Mohammed Boudiaf
  • Alger 1 (Alger, Mitidja, Kabylie, Titteri) . . . . Djilali Reguimi
  • Alger 2 ( Chlef, Dahra) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mohammed Maroc
  • Département d'Oran : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ahmed Ben Bella

M'hammed Yousfi était chargé des réseaux de transmissions, de renseignements et de «complicités», autrement dit caches et hébergement pour les militants recherchés.

Belouizdad, Aït Ahmed, Ben Bella et Yousfi appartiennent tous les quatre au Comité Central du PPA-MTLD.

Le découpage géographique était claqué sur le découpage officiel de l'Algérie en trois départements sauf la Kabylie qui était intégrée à Alger.

L'infrastructure de l'OS ne restera pas rigide, elle subira des changements.

L'OS disposait d'une vingtaine de permanents payés par le Parti : six pour le Constantinois, deux pour la Kabylie, une dizaine répartis entre Alger, la Mitidja, Chlef, et trois pour Oran.

Les critères de choix étaient rigoureux. On exigeait de la nouvelle recrue la foi, le courage, l'esprit de sacrifice, la discipline. Chaque membre était tenu de prêter serment sur le Coran de garder le secret. Son adhésion était ignorée mêle de sa famille et de ses amis.